inCittà, c’est qui ?

  • Audrey Le Hénaff, architecte urbaniste

Audrey est diplômée de l’École d’architecture de Nantes (2007). Intéressée par les phé­nomènes liés à l’urbain et au territoire, et convaincue de la nécessité de croiser les échelles et les approches, elle suit une formation d’architecte urbaniste à l’École d’architecture de la ville et des territoires de Marne-la-Vallée (Diplôme de Spécialisation et d’Approfondissement d’architecte urbaniste, 2010). Elle est actuellement architecte urbaniste indépendante et intervient, au sein de l’association, dans le cadre d’approches socio-urbaines, plus particulièrement autour des questions d’usages des espaces et de participation.

  • Claire Hofer, spécialiste en communication d’utilité publique et en démarche de participation

Claire dispose d’une grande expérience dans les domaines de la communication et de la participation des habitants. Elle a notamment été chargée, pendant 3 ans, d’une mission Participation des habitants et Communication de chantier à la Mairie de Vitrolles. Elle est directrice, depuis 1992, d’un atelier de communication publique à Metz puis à Marseille dont l’approche place la personne (le citoyen-citadin), et son rapport à la collectivité et au bien commun, au centre de la relation. Elle intervient au sein de l’association dans des démarches qui impliquent habitants et acteurs locaux, mais aussi dans les réflexions sur les méthodes de formation partagée et horizontales, inspirées par l’éducation populaire. 

  • Emmanuelle Hellio, sociologue

Emmanuelle a mené une thèse en sociologie au laboratoire Urmis (Unité de Recherche Migrations Internationales et Sociétés) dans le cadre de laquelle elle a travaillé sur les questions des liens entre féminisation du marché du travail, mondialisation agricole et migrations dans le cas des cultures sous serre andalouse. Elle est actuellement en post-doctorat (LEST/Mucem/Labexmed) autour d’un projet de recherche portant sur le développement de l’agriculture intensive en Méditerranée, et les migrations liées au travail saisonnier (« De l’invention de l’agriculture aux nouveaux dieux de la globalisation alimentaire »). Son ethnographie de plusieurs familles du Gharb et du Rif au Maroc montre les effets de la migration saisonnière sur l’habitat, l’usage des terres et sur les configurations conjugales et familiales. Elle participe, au sein de l’association, à la construction d’une réflexion autour des questions de santé mentale et de précarité. Son intérêt pour les approches de terrain l’amène aussi à intervenir dans le cadre d’études et de projet socio-urbains.

  • Emmanuelle Hoareau, sociologue

Emmanuelle s’intéresse aux usages de substances psychoactives illicites, notamment en milieu festif. Elle dispose d’une expérience de chargée d’étude et d’enquêtrice sur ces usages, au sein du Groupe de Recherche sur la Vulnérabilité Sociale et de l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies, et d’une expérience de chargée de mission d’accompagnement méthodologique auprès de la Ville de Marseille, sur différents projets de réduction des risques liés aux usages de substances. Elle s’initie aussi à la sociologie clinique auprès de Pierre Roche, sociologue au Centre d’Etude et de Recherche sur l’Emploi et les Qualifications. Elle vient de finir une thèse de sociologie sur la régulation des usages de produits psychoactifs illicites et l’interprétation de leur expérience dans la perspective du passage à l’âge adulte (socio-anthropologie et sociologie clinique). Elle intervient au sein de l’association autour de recherches actions liées aux consommations de produits illicites et à la réduction des risques.

  • Julien Perrin, travailleur social – sociologue

Julien a développé une expérience et des valeurs liées à l’éducation populaire, à l’éducation spécialisée, ainsi qu’une approche par les sciences sociales. En parallèle de ses études, il a travaillé dans des domaines divers développant des compétences d’animation, d’accompagnement éducatif et dans les démarches d’accès aux droits. Aujourd’hui, il occupe des fonctions de travailleur social et coordinateur de réseau. Ses études de sociologie et d’anthropologie ont été l’occasion d’explorer des centres d’intérêt éclectiques (l’Etat, les professions, les parcours de vie, les phénomènes psychosociaux, …). Il se spécialise par la suite en sociologie des groupes professionnels. Il s’intéresse actuellement à la sociologie clinique et à l’approche systémique. Il intervient au sein de l’association autour des questions de santé et de sociologie urbaine.

  • Leonardo Donnaloia, sociologue

Leonardo obtient une maîtrise en sociologie économique et des organisations à l’Uni­versité la Sapienza de Rome avec un mémoire sur les rapports entre immigration et syndicalisme. Il s’intéresse par la suite au dispositif d’accès au droit des étrangers dans le département des Bouches-du-Rhône au cours de son master professionnalisant au département de sociologie d’Aix-en-Provence. Il est actuellement sociologue in­dépendant et formateur au sein de l’IMF (Institut Méditeranéen de Formation et de recherche en travail social) de Marseille. Il intervient au sein de l’association plus particulièrement autour des questions de sociologie urbaine et programmatiques.

  • Matthieu Polo, cartographe – chargé d’études environnement

Diplômé d’un Master 2 d’environnement à la faculté de Poitiers, Matthieu s’est spécia­lisé dans la géomatique et la cartographie en suivant un diplôme de troisième cycle sur les Systèmes d’Information Géographique. Ses précédentes expériences lui ont permis de développer une expertise dans la gestion de l’information géographique dans des projets environnementaux notamment au Sénégal où il a participé depuis 2009 à la cartographie des reboisements de mangrove menés par l’association séné­galaise Oceanium. Il travaille depuis 2017 au sein de l’association Espace Accueil aux étrangers. Il est aussi cartographe indépendant et co-créateur avec Thomas Honoré de Pôle Carto. Il intervient au sein de l’association dans le cadre de l’élaboration de bases de données et de cartographies de phénomènes sociaux.

  • Thomas Honoré, cartographe – géographe

Diplômé d’un Master 2 en géographie à la faculté de Poitiers, Thomas s’est spécialisé dans la géomatique et la cartographie en suivant un diplôme de troisième cycle sur les Systèmes d’Information Géographique. Il est particulièrement intéressé par les re­présentations cartographiques des mobilités humaines et plus généralement par les thématiques migratoires. Co-créateur avec Matthieu Polo de Pôle Carto, il intervient dans la gestion de l’infor­mation géographique pour des projets environnementaux. Il vit et travaille depuis 2014 à Grenoble. Il intervient plus ponctuellement au sein de l’association dans le cadre de l’élaboration de bases de données et de cartographies de phénomènes sociaux.

  • Valeria Mantello, psychologue

Elle est diplômée à l’Université de Buenos Aires (Faculté de psychologie), Argentine. Elle est titulaire du Master de Recherche (DEA) « Médecine et psychanalyse » à l’Université Paris 7, Denis Diderot, et du Master Professionnel : « Management des organisations sanitaires et sociales option « Coordination de réseaux de santé » à l’université de Marne La Vallée. Elle a travaillé en tant que psychologue et formatrice dans le champ de la psychiatrie publique, dans le secteur associatif, médico-social et social sur l’articulation de pratiques entre les secteurs sanitaires et sociales. Elle a notamment travaillé sur la mise en réseau des professionnels au centre Ressources Autisme Midi-Pyrénées. Après une mission de chargée d’étude à la Direction de Santé Publique de la Ville de Marseille (2010) sur la thématique « Formation et mise en réseau des professionnels dans le champ de la santé mentale à Marseille », elle a participé à la création et à la coordination de l’action « Réseaux Santé Mentale et Logement à Marseille», dispositif associant la psychiatrie publique, les services sociaux et les bailleurs sociaux. Elle intervient au sein d’inCittà sur la question de la santé mentale en lien avec la problématique du logement, entendue au sens large (l’habitat et ses extensions, espaces publics, quartiers). Elle s’intéresse aux liens entre souffrances et/ou vulnérabilités psychosociales des habitants et modes de vie/habitat contemporains, et à l’articulation entre les nouveaux processus de subjectivation et la précarisation de nos sociétés contemporaines.

Jérôme Latrobe, nous a quittés en 2014. Il était éducateur spécialisé-sociologue et faisait partie des membres fondateurs de l’association. Il l’a profondément marquée, et, dans une certaine mesure, continue de la façonner. Après un parcours de 15 ans en tant qu’éducateur spécialisé dans le champ de la Réduction des Risques auprès des usagers de substances psycho-actives et des personnes prostituées, il a obtenu un Master de sociologie de l’action publique dans l’espace euro-méditerranéen au département de sociologie d’Aix en Provence (2009). Il a travaillé pendant de nombreuses années dans le cadre d’actions et recherches-actions ciblant plus particulièrement les questions relatives à la Santé publique. Il a été, à partir de 2009, formateur permanent à l’IMF (Institut Méditeranée de Formation et de recherche en travail social) et sociologue indépendant.

Les membres du Conseil d’Administration

  • Jean Brémond, sociologue, président

Jean a créé et dirigé pendant de nombreuses années le bureau d’études Colline. Il a développé une activité essentiellement centrée sur la sociologie urbaine, autour des questions de logement, d’élaboration de projets sociaux dans le cadre de Projets de Renouvellement Urbain. Il a rejoint l’association en tant que secrétaire en 2016.

  • Yamina Ziani, agent administratif, trésorière

Diplômée d’un BAC de comptabilité, Yamina possède plus de 20 ans d’expérience dans le secrétariat (commercial, médical et associatif ). Elle est impliquée dans le milieu associatif depuis 30 ans : les Restos du coeur en 1986, déléguée de parents d’élèves de 2000 à 2005, trésorière de l’association le CIL depuis 8 ans (Centre d’Interprétariat et de Liaison) pour les personnes sourdes. Elle pratique la Langue des Signes Française (LSF). Elle apporte depuis 2012 un précieux soutien à l’association inCittà pour certaines tâches comptables et administratives. 

On a fait un bout de chemin ensemble

  • Adil Mahil, éducateur spécialisé, La Kontre-Allée

Adil travaille depuis près de 15 ans en tant qu’éducateur dans les champs des addic­tions et plus généralement dans l’accompagnement santé, notamment à travers un poste au PAEJ de Tremplin, lui permettant de développer un regard aiguisé sur les quartiers Nord. En parallèle, il a eu l’opportunité de mettre en place des ateliers d’im­pro basés sur le Théâtre de l’Opprimé (A. Boal) et le lâcher prise, qu’il développe avec des collègues à travers l’association la Kontre-Allée. En 2012, il collabore avec Leo et Jérôme à un travail auprès d’un groupe de jeunes filles sur les questions de discrimi­nation. Cette collaboration est à l’origine de son implication au sein du Conseil d’Ad­ministration d’inCittà. inCittà et La Kontre-Allée collaborent régulièrement autour des questions d’addictions et de réduction des risques.

  • Frédéric Terrier, psychologue clinicien, notre vaillant et bienveillant président depuis le début, de 2011 à 2017

Frédéric travaille dans le secteur médico-social depuis 14 ans, avec une expérience de veilleur de nuit et d’éducateur dans le soin en addictologie. Diplômé de psychologie clinique en 2005, il continue à travailler auprès de personnes souffrant de probléma­tiques addictives avec ou sans produit. Parallèlement, il travaille dans le champ de la prévention des conduites à risques à l’adolescence et porte un intérêt clinique pour le travail de groupe et auprès des familles.

  • Vincent Torrese, éducateur spécialisé – sociologue 

Educateur spécialisé exerçant principalement dans le champs de la protection de l’enfance, il obtient un D.E.A en “sciences du travail et de la formation” (sociologie) à l’université de Nancy, où il intègre le Groupe de Recherche sur l’Emploi et l’Education (unité associée CNRS, antenne CEREQ Lorraine). En 2001, il obtient au sein de cette unité un doctorat en sociologie de l’éducation, portant sur le processus d’orientation scolaire et son rôle dans la production des inégalités sociales à l’école et au moment du passage école-travail. Il est successivement formateur permanent dans divers instituts de formation en travail social (IRTESS de Dijon, 2001-08, IMF de Marseille 2008-aujourd’hui). Par ailleurs, il pratique de manière continue depuis 91 une activité musicale (saxophoniste), au sein de différents groupes, participant à des prestations scéniques plus ou moins importantes (festivals, premières parties).